• - épisode 251 (dédié à Betty)

    Pour Betty.

    Le harcèlement à l'école est un vrai problème, comme au travail, dans les foyer aussi, sur internet....

    Ce problème commence à peine à être pris en compte en France dans les écoles. Il y a quand même encore peu d'établissements scolaires qui font de la prévention. 

    Et pourtant cela pourrait vraiment éviter bien des souffrance à beaucoup de victime!

    Le harceleur est très souvent quelqu'un qui ne va pas bien (inconsciemment). Il a parfois lui aussi été victime de harcèlement (chez lui, à l'école ou autre...).  Plus il voit sa victime dans la tristesse, plus il est content.

    Les autres élèves qui assistent aux actes du harceleur sont appelés: les spectateurs, les suiveurs, les normopathes.  Parfois ils rient de la victime (appelé aussi bouc-émissaire) qui se retrouvent du coup encore plus humilié, parfois ils deviennent aussi à leur tour harceleur de cette victime, mais une chose que l'on ignore souvent c'est que la personne qui ne rie pas, celle qui regarde sans rien faire, est aussi une spectatrice, une suiveuse. Pourquoi? parce qu'elle n'a rien fait pour faire stopper le harcèlement. 

    Dans le collège de Petitchoco, un groupe a été formé, avec des personnes de la direction, des professeurs, des élèves, un parent d'élève (Chocolette), afin de lutter contre le harcèlement. Les élèves sont appelés "élèves sentinelles", et les adultes "adultes référents". Leur rôle? 

    élèves référents:

         - Repérer et proposer une aide (ça peut être dans la cours, les couloirs,,,)

         - écouter un élève qui est en situation de harcèlement et qui ressent le besoin d'en parler parce qu'il souffre,

         -  tenter d'expliquer aux élèves qui assistent aux scènes de harcèlement qu'ils sont important parce qu'ils peuvent faire changer les choses. Ne plus être « spectateur »

     

    Adultes référents:

    • ils sont informés à chaque fois d'une situation de harcellement

    • ils interviennent pour faire cesser une telle situation

    • ils soutiennent les enfants en situation de harcellement et leur famille qui sont souvent inquietes et ont besoin d'etre rassuré

     

    Dans chaque classe il y a un adulte référent avec un élève référent qui passe pour informer les élèves de la création de ce groupe, pour leur expliquer ce qu'est le harcèlement, et leur donner les moyens d'agir avec le groupe. 

    Comment? 

    Si un élève (que l'on appelle le rebelle) assiste à une situation de harcèlement, il doit informer une personne du groupe. Ensuite le groupe prendra en charge la victime, et aussi sa famille. Le groupe agira sur les spectateurs en faisant en sorte qu'ils cesse d'être des "suiveurs". Ainsi le harceleur n'aura plus de soutient dans la classe, il n'aura plus aucune satisfaction à continuer ses agissements. Cela crée une relation positive entre le rebelle, les spectateurs, et la victime où le harceleur n'a pas de place s'il continu ses actions. 

    Très souvent lorsque les harceleurs sont juste punis, ils continuent d'harceler leur victime. Là avec ce système, ils n'ont plus de pouvoir sur les autres élèves, donc ils deviennent inintéressants. 

    Chocolette espère qu'un jour, cette formation sera faites dans toutes les écoles de France. Ce serait vraiment super! 

    Pour terminer, pour répondre à betty, oui Chocolette connait bien ce problème car un de ses enfants en a été touché au collège. Cela a déclenché une phobie scolaire. Chocolette a géré seule ce problème car ni l'école ni le psy qu'ils ont vu qu'une fois n'a aidé Grandchoco.  L'astuce a été d'avoir recours à la sophrologie avec des mouvements trouvés sur le net. Et plein d'amour et de soutient à son fils. Cela à durer une année entière. Beaucoup de souffrance. Chocolette est de tout coeur avec les enfants et leur famille qui vivent une telle situation! 

    Il faut que Chocolette vague à ses occupations avant que Petitchoco ne revienne de l'école. 

    Bonne journée! 

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Novembre 2013 à 11:55

    Bonjour Chocolette

    Et merci pour tes explications .

    Il est à souhaiter que ces groupes "anti-harcèlement" soient mis en place dans tous les établissements scolaires .Ma fille n'a pas été écoutée , ni par des parents d'élèves "amis" qui ne voulaient pas s'en mêler , ni par les enseignants qui niaient carrément le problème .

    Ma petite fille pleurait tous les matins avant de partir à l'école (c'était en primaire) ....et ma fille a fait une dépression de se voir impuissante et pas écoutée ....et de voir cette petite fille si gaie devenir si renfermée et triste .

    Heureusement que l'année suivante , ma fille a eu la possibilité de changer d'école ....et tout est rentré dans l'ordre .

    Mais arrive l'âge du collège , et là , elle doit retrouver ses bourreaux ....donc , changement de collège également ....Ma puce est maintenant au lycée (toujours éloignée des harceleurs) , complètement épanouie et gaie ...contente d'y aller et de travailler dans la paix et la bonne entente .

    Bravo à toi de te battre ainsi pour les autres , pour éviter que d'autres enfants subissent le même sort que GrandChoco ....j'espère que ce genre d'organisation va se généraliser , car le harcèlement à l'école peut conduire à de vrais drames .

    Gros bisous Chocolette .

    Betty

     

    PS : 40 ans ...tu es encore une tite jeunette .....je n'ai pas 48 ans comme écrit dans mon profil , mais 68 ....Chuuut !!....lol

    2
    Mercredi 27 Novembre 2013 à 11:18

    Bonjour Chocolette

    Je ne savais pas qu'hier était la journée anti-harcèlement à l'école ....

    Les enseignants vont ENFIN se rendre compte de l'ampleur de ce fléau ....et encore bravo à toi de participer en tant que parent d'élèves.

    Bisous et bonne journée Chocolette .

    3
    Samedi 30 Novembre 2013 à 22:00

    Chere Chocolette j'ai lu avec intérêt ton post sur le sujet qui ne connai pas de frontières

    ce n'est que récemment qu'on donne un  nom à ce phenomène et qu'on essaie de le controller, beaucoup d'enfants en ont souffert d'être des souffre-douleurs des mauvais instincts des autres, et en plus ont les considérait comme des "mauviettes" parce qu'ils pleuraient et ne savaient pas se défendre

    il faudrait qu'on de voit plus de ces mauvaises choses!

    bon weekend pour toi

    Angie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :